Haut-Doubs. CCPR et CCI unies pour le développement économique

De 2024 à 2026, la Communauté de Communes du Plateau du Russey (CCPR) et la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) vont agir ensemble pour renforcer et développer le tissu économique local.

417
Les deux présidents ont officiellement signé la convention dans les locaux des Petits Ateliers au Russey.

« Nos communes ne sont pas des villages dortoirs et offrent près de 1500 emplois. Plein emploi dans un territoire attractif dont le dynamisme démographique nous oblige », a tenu à souligner Gilles Robert, président de la Communauté de Communes du Plateau du Russey (CCPR) en accueillant sur ses terres le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) Jean-Luc Quivogne. La collaboration entre CCPR et CCI a déjà une histoire puisqu’un premier conventionnement intitulé « Groupes Entreprises et Territoires » a été signé en 2019 et a permis d’initier un ensemble d’actions au bénéfice des entreprises locales du commerce, de l’industrie et des services. Le Plateau du Russey est par ailleurs l’une des cinq Communautés de Communes qui constituent le périmètre du « Territoire d’Industrie du Haut-Doubs Horloger », dispositif animé par la CCI.

Un plan d’action mis en place

« Cette nouvelle convention pour la période 2024/2026 doit nous permettre d’engager des actions concrètes afin de renforcer un tissu économique local que nous avons à renforcer mais solide grâce à 340 établissements » poursuit l’élu. Le partenariat va par exemple permettre à la collectivité de disposer de données actualisées des entreprises, de faire se rencontrer régulièrement les acteurs économiques, de mieux connaître les besoins d’accompagnement des entreprises grâce à des visites sur le terrain, d’informer les entreprises sur les règles des marchés publics. « Nous allons aussi créer un club RH (Ressources Humaines), informer les TPE/PME à la commande publique, travailler pour augmenter les performances d’accueil des commerces, la rentabilité des entreprises et leur digitalisation, accompagner les transmissions d’entreprises ou encore organiser un forum de l’emploi en 2024 ».

Une visite des Petits Ateliers

Alexis Ramel-Sartori et Thomas Aubert ont 22 ans. Récemment installé dans leurs locaux baptisés Les Petits Ateliers, ils ont reçu les présidents de la CCI et de la CCPR pour évoquer avec eux leurs parcours singuliers. Le premier est originaire de Mérignac, le second est venu de Suisse s’installer en France il y a quelques années. Tous deux ont suivi le même cursus dans l’horlogerie à la sortie du collège et se sont retrouvés au Lyc2e de Morteau où ils se sont liés d’amitié autour de cette passion commune : « Nous avons effectué notre stage de fin d’études ensemble en Lozère, ce qui nous a permis d’apprendre à travailler ensemble… c’est là qu’est née l’idée de créer un atelier ensemble », se souviennent-ils. Une possibilité certes intéressante mais déjà, les employeurs potentiels frappent à la porte avec à la clé de belles situations. « Dès notre sortie de l’école, nous aurions en effet pu rejoindre une société à Genève dont le patron est venu plusieurs fois à notre rencontre ». Oui mais voilà, pour les deux compères, l’envie d’indépendance a fait son chemin. Ils ont déjà acquis du matériel, pris des renseignements sur les questions administratives et financières et surtout ont déjà de potentiels clients. Alors, à peine les oraux terminés en juin mettant fin à leur cursus scolaire avec succès, ils franchissent le pas et s’installent au Russey le 1er juillet. D’étudiants à patrons, sans transition ! « Nous avons fait le choix de la passion et du plaisir, de la qualité de vie aussi » confient les deux jeunes entrepreneurs horlogers, prototypistes et décolleteurs. « Nous avons déjà une clientèle variée d’entreprises de toutes tailles, suisses ou françaises, et même un particulier qui nous a contactés depuis les Etats-Unis ». La création de leurs propres montres viendra peut-être par la suite…