Haut-Doubs. De drôles d’animaux sur les sentiers à Pierrefontaine-les-Varans

Pour partager leur passion de la sculpture sur bois, un père et son fils exposent autour de chez eux leurs créations. Un bel esprit de partage qui malheureusement n’est pas toujours respecté.

2002
Père et fils partagent une même passion pour le plus grand plaisir des promeneurs.

Musher professionnel, Fabrice Talvat vit à Pierrefontaine-les-Varans, à la ferme de Nirveau, un site isolé en pleine forêt où il peut s’adonner à son autre passion, la sculpture sur bois. « Mon fils Jérémy est bucheron. C’est lui qui a commencé il y a quelques années et je m’y suis mis peu à peu moi aussi » confesse-t-il. Il a très vite appris et assimilé la technique qui consiste à dégrossir le morceau de bois avec une tronçonneuse classique avant d’en choisir de plus en plus petites au fur et à mesure que le travail avance dans les détails. « Nous réalisons surtout des animaux comme des chamois, des sangliers, des écureuils, des chouettes, des tétras ou encore des loups… ». Parfois des demandes particulières les conduisent à réaliser des engins de débardage en bois pour des passionnés de bois comme eux. Une partie de ces réalisations est exposée en pleine nature, sur le chemin qui mène à la ferme familiale. « Les promeneurs, petits et grands, apprécient beaucoup ». Ils doivent malheureusement déplorer quelques vols comme récemment un marcassin, dévissé de son socle, preuve que le larcin a été soigneusement préparé. Pas de quoi décourager les virtuoses de la tronçonneuse qui aimeraient bien réitérer chez eux une performance déjà réalisée chez un particulier : « Nous avons passé une journée entière pour sculpter un grizzli de 2,50m ». Une réalisation à quatre mains qui nécessitent des bois de 3 mètres de haut et 80 cm de diamètre. Pas simple à trouver et à convoyer. Mais une fois en place, les sculptures seront aussi moins faciles à voler.