Haut-Doubs. Le PNR du Doubs Horloger veut soigner ses entrées

En arrivant dans une ville ou dans un village, la première impression laissée aux visiteurs comme aux habitants est importante. Mieux aménager et valoriser ces entrées est donc stratégique pour le territoire en termes d’image, tout autant qu’en termes de qualité du cadre de vie des habitants.

711
L'entrée des Fins fait partie de celles qui ont été étudiées.

Le document remis aux communes par le Parc naturel régional (PNR) du Doubs horloger vient clore un long travail initié dès 2017 par ce qui était alors le Pays Horloger, en partenariat avec l’agence d’urbanisme de Besançon (AUDAB) et le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) du Doubs. « L’objectif était de déterminer les problématiques et enjeux de ces espaces, pour proposer des solutions aux communes souhaitant repenser l’aménagement de leurs entrées de ville » explique Chloé Personeni, chargée de mission Architecture et Paysage du PNR.

Lors de la préfiguration du Parc, ces entrées de ville ont été identifiées comme des zones à enjeux importants. « Elles sont sujettes à un aménagement souvent hasardeux, peu qualitatif, pouvant impacter négativement le paysage ». Six communes ont fait l’objet d’un diagnostic complet : Saint-Hippolyte, Maîche, Bonnétage, Le Russey, Les Fins et Morteau, toutes situées le long de la RD 437, axe routier majeur du Parc, particulièrement touché par la problématique de pression urbaine. « On a noté que les zones d’habitats pavillonnaires et les zones d’activités de ces entrées de villes étaient déconnectées des centre-bourgs et qu’il convenait d’inverser cette tendance ». L’idée générale étant d’assurer une transition, un lien entre ces entrées et le centre, en accord avec le paysage environnant « en jouant par exemple sur la végétation plantée, le mobilier urbain, les zones de mobilités douces ou encore les matériaux utilisés ».

Ce guide a été pensé comme un outil de sensibilisation et d’aide à la décision pour les élus : « il propose des conseils pour la valorisation du paysage, la végétation, la signalétique, le mobilier urbain, les matériaux de construction… ». Un enjeu important pour l’image de ces communes et de l’ensemble du territoire, ainsi que pour le cadre de vie des habitants.