Qui donc était Cassandre ?

247

Bien avant d’être une héroïne de série policière le samedi soir sur la 3, Cassandre était dans la mythologie grecque la fille de Priam, roi de Troie, ville célèbre de l’aube de notre histoire.

Elle était trop mimi Cassandre ! Du genre à casser les hommes les plus endurcis. Et ça ne fit pas un pli : le bel Appolon tomba fou amoureux d’elle. Pour l’impressionner et pour forcer sa reconnaissance il lui confia un don inouï : elle saurait prédire l’avenir. Un vieux rêve de turfiste et de climatologue. Les autres dieux grecs étaient jaloux. Surtout Ipsos, Sopra, Steria qui pataugeaient dans la marge d’erreur.

Mais le stratagème échoua ! Cassandre fit sa mijaurée et fit comme si Appolon était un crampon de Ligue 2. Néanmoins, elle garda le don car -disait-elle- « Donner c’est donner ! Surtout s’agissant d’un don… Et reprendre c’est voler ! ». Un fameux toupet comme on en voyait parfois dans ces temps reculés. Il y a des exemples plus actuels qui pourraient faire l’objet d’autres chroniques.

Appolon, était dépité de n’avoir point conclu au dernier moment. Qui est le pire moment pour échouer quand on est tout près de conclure. Et les autres dieux qui riaient sous cape comme des niolus dans les bosquets de l’Olympe ! Appolon choisit une punition énergique : Cassandre pourrait faire ses oracles, OK ! Mais jamais personne ne croirait un traitre mot de toutes ses prédictions. Patatrac ! La voilà redevenue simple beuzenotte bavarde dralant sous les oliviers.

C’est de ces déconvenues prévisionnelles que nous vient l’expression « Jouer les Cassandre » moquant les prophètes inaboutis. Mais avec les progrès de la génétique on a maintenant beaucoup plus souvent l’inverse : des prophéties stupides auxquelles tout le monde croit.