Région. Le château de Montmartin, star d’une émission sur M6

En France, près de 2000 châteaux n’ont pas de propriétaire. Alors, certains se lancent dans le projet d’une vie : en acheter un. Une émission propose de rentrer dans l’intimité de ces courageux devenus châtelains. De quoi casser les clichés !

2808
Sophie et Jean-Nicolas. Crédit : Capture d'écran/M6.

Parmi les douze familles qui participent à la seconde saison de l’émission « Le château de mes rêves », diffusée sur M6 depuis le 2 janvier (du lundi au vendredi à 17h30), Jean-Nicolas et Sophie, propriétaires du château de Montmartin (vers Baume-les-Dames), partagent leur quotidien de châtelains.

2500 abonnés, 76 000 vues

Jean-Nicolas, 33 ans, mathématicien dans les assurances et Sophie, 35 ans, professeur d’histoire sont en couple depuis trois ans. Parents de Victoire, deux mois, ils ont décidé d’acheter ce château pour réaliser leur rêve. « Nous avons acheté ce château afin de réaliser un rêve de gosse, celui de sauver un morceau du patrimoine français du XVIIIe siècle », explique Jean-Nicolas, « et aussi celui de fonder une famille dans un lieu au milieu de la nature avec une vue imprenable », complète Sophie.

Propriétaire du château de Montmartin depuis juillet 2021, le couple publie déjà sur sa chaîne YouTube une vidéo tous les dimanches sur le château. Elle compte déjà près de 2500 abonnés et plus de 76 000 vues cumulées. « La télévision est donc une suite logique », confient-ils.

 

Le château de Montmartin. Crédit : Capture d’écran/M6.

Le premier mariage pour juillet

« Ce château est très coûteux. Nous avons pris un énorme crédit, et allons donc organiser des mariages afin de pouvoir continuer à faire renaître ce château fermé depuis plus d’un demi-siècle (les derniers moments de vie et de joie étaient la colonie de vacances des enfants de Baume-les-Dames à la fin des années 1960). Les téléspectateurs découvriront tous les sacrifices nécessaires pour faire revivre ce lieu : travaux par nous-mêmes durant chaque moment libre après le boulot, donc les soirs et les week-ends jusqu’à très tard », indiquent les châtelains ; avant de poursuivre ;

« Nous attendons de ce passage télévisé, un moment de partage du travail accompli et en quelque sorte, la renaissance « publique » de ce château. Nous pensions que la télévision pouvait être utile pour faire de la publicité pour notre activité de mariage, mais nous recevons déjà une demande par jour en moyenne. Alors, c’est déjà un pari réussi ! Il faut maintenant finir les travaux à temps. Le premier mariage est pour début juillet. »