Doubs. Le PNR Doubs Horloger lance un appel à la fauche tardive

Le PNR du Doubs Horloger relaie le message de nombreux scientifiques : Il n'y a pas de vie dans un gazon de 4 cm. La solution est donc simple pour y remédier !

416
Autour des locaux du PNR, on applique la consigne en laissant la végétation se développer.

Depuis 20 à 30 ans maintenant, les spécialistes observent un fort déclin du nombre d’insectes. On parle souvent de 70 à 80% de population en moins. De nombreux facteurs expliquent cette situation à peine croyable, à commencer par l’utilisation excessive de pesticides tant en agriculture que par les particuliers, entreprises ou collectivités. A cela s’ajoute le fait que les activités humaines ont engendré pour ces petites bêtes une perte de ressources et d’habitat.

Outre une baisse de l’utilisation de produits polluants, chacun peut peut-être faire un peu pour améliorer la situation. En effet, il est désormais admis qu’en tondant sa pelouse, on enlève toutes les fleurs qu’il y a dessus et donc des ressources potentielles pour les différents insectes. Et qu’il n’y a donc pas de vie dans un gazon de 4 cm.

Les naturalistes appellent donc la population à laisser la tondeuse à l’arrêt, et tout particulièrement au printemps et au début de l’été, une période essentielle. Adopter la fauche tardive, ou laisser des îlots en libre évolution, c’est faire un geste pour la nature, L’idée de laisser des espaces de vie aux insectes semble faire son chemin, y compris chez les fabricants de matériel. Entre les insectes pollinisateurs et les prédateurs de ravageurs, votre jardin vous offrira de meilleures récoltes tout en préservant la biodiversité

Une grande marque propose d’ailleurs depuis l’an dernier un mode « réensauvagement » sur ses robots tondeuses, pour que ceux-ci laissent automatiquement une partie des pelouses parcourues à l’écart de leurs lames.