140 personnels mobilisés pour un exercice « grandeur nature » à Boussières

A 10h15, le samedi 13 mai, une cinquantaine d’habitants d’un lotissement en lisière de forêt ont reçu un SMS de FR-Alert. Le dispositif national d’alerte les avertit qu’ils sont concernés par un incident majeur à proximité de leur domicile. Ils sont évacués par des minibus jusqu’à la salle polyvalente de Boussières pour être pris en charge par la Croix Rouge.

582
Les camions citernes "feux de forêt" ont établi un pare-feu sur un chemin forestier pour protéger les habitations à proximité ©YQ

« C’est une première dans le département » a souligné le Préfet Jean-François Colombet qui assistait à l’opération en compagnie de Christine Bouquin la Présidente du département, du Contrôleur général Beaudoux, patron du SDIS 25 et des élus de Boussières et de Thoraise. Tout le monde était à son poste : 80 pompiers mais aussi gendarmes,  services de l’Etat, ONF et agriculteurs. L’exercice consiste à coordonner tous les services de secours.

La salle mobile de commandement du SDIS 25 a accueilli les maires de Boussières et de Thoraise, le Contrôleur général Beaudoux, patron du SDIS, Christine Bouquin la présidente du conseil départemental, Jean-François Colombet le Préfet du Doubs et le commandant en second de la gendarmerie ©YQ
Le scénario

Un simple feu de végétation a démarré à la chapelle Notre Dame du Mont. Il se généralise rapidement au massif forestier dominant la commune de Boussières. Le feu, attisé par un vent violent, menace les habitations d’un lotissement en lisière de forêt.

Application sur le terrain des mesures de lutte contre les feux de forêt ©YQ

A partir de ce scénario, l’ensemble des services de secours doivent apprendre à s’entraîner ensemble et tester les procédures opérationnelles d’alerte, d’engagement des moyens terrestres et de protection en amont de la population.

A l’issue de cet exercice, chaque procédure, chaque intervention inter-services, chaque action seront analysées pour améliorer l’efficacité des secours.

43% du Doubs couvert par la forêt

Le risque de feux de forêt concerne aujourd’hui l’ensemble du territoire national. Le département du Doubs, très boisé, est désormais soumis à des risques importants de feux, comme cela a été le cas en 2022 dans le Jura.

La forêt est un capteur essentiel de CO². Préserver la forêt permet donc de lutter contre le dérèglement climatique.

Les pompiers sont en première ligne

Dans le département du Doubs, 371 pompiers (professionnels et volontaires) sont particulièrement formés aux incendies de forêt. Ils disposent d’une dizaine de camions citernes spécialement équipés pour lutter contre les feux de forêt et de 35 véhicules citernes. Le SDIS 25, grâce aux fonds verts débloqués par l’Etat, a acquis également des bâches de stockage de 12 m³d’eau remplies sur réquisition par les agriculteurs proches. Dans l’exercice de Boussières, une bâche a été remplie par deux agriculteurs dans la rivière.

Des bâches de 12 m³ d’eau permettent un approvisionnement au plus près des flammes ©YQ

Les pompiers, les gendarmes, la sécurité civile, la Croix Rouge et les services de l’Etat ont démontré de façon impressionnante les risques qu’ils prennent pour sauver des vies et sauver les biens. « Le but de l’exercice est d’essayer de tout anticiper mais quand un incident majeur survient, tout est d’une grande complexité » indique Christine Bouquin. De son côté, le Préfet insiste « la lutte contre les feux de forêt n’est pas que l’affaire des pompiers ». Jean-François Colombet veut inciter à un meilleur respect de la loi concernant le débroussaillage des abords des maisons ou l’aménagement de fossés pour ralentir les flammes.

90% des feux sont d’origine humaine

Les départs de feux sont liés à des imprudences et dans 8 cas sur 10, ils se déclenchent à moins de 50 mètres des habitations.

Les conditions météorologiques ne sont pas seules responsables. La préfecture appelle à adopter quelques bons réflexes : ne jamais jeter un mégot de cigarette hors d’un cendrier, emporter les végétaux de jardin en déchetterie, ne pas faire de barbecue dans la nature ou proche des broussailles et débroussailler régulièrement. En cas de danger de feux, il convient également de respecter scrupuleusement les interdictions d’accès aux massifs forestiers.

Une opération de diagnostic pour les professionnels, une opération de sensibilisation pour les habitants : l’exercice « grandeur réelle » a rempli son rôle.

Yves Quemeneur