Besançon. La Citadelle engage sa mutation

La forteresse de Vauban, probablement le plus beau joyau de l’architecture militaire du génial architecte de Louis XIV, n’est plus un site de défense mais s’ouvre sur la ville.

409
Accueillir, animer, incarner

Il aura fallu deux ans pour que la nouvelle municipalité propose enfin un avenir à la hauteur des enjeux historiques, touristiques et environnementaux du site inscrit à l’Unesco. Les 12 hectares accueillent chaque année 270 000 visiteurs dans 25 bâtiments historiques autour de trois lieux majeurs. Le Front Saint Etienne « un espace animé »,  Le Front royal « un espace muséal autour d’une place de Cadets plus vivante » et le Front de secours « un espace du vivant axé sur la conservation des espèces ».

La majorité municipale élue en 2020 n’avait pas habituée les bisontins à parler de l’histoire millénaire de leur ville. C’est chose faite « La citadelle est la cité forte mais aussi une pièce visible de l’histoire de la ville capitale à travers les millénaires ». Cette phrase de présentation du projet Citadelle illustre l’évolution de l’exécutif – la France n’est pas née en 1789 -.

Mieux accueillir : en 2022, le café-concert éphémère « Quinzé » a repris ses marques sur le rempart dominant la boucle du Doubs. Des toiles d’ombrages sur l’esplanade Simone Veil et la création de jardins Vauban rendront au site son rôle de « lieu de vie » pour les bisontins. L’accès au site est totalement repensé à compter du 1er juin 2022. Le parking ne sera plus accessible (ou réservé aux personnes à mobilité réduite) de façon à faire de la montée à la Citadelle un lieu de promenade agréable, apaisé et ombragé. La Ville envisage de renforcer la liaison Chamars-Citadelle toutes les 10’. L’objectif sera-t-il tenu sans l’investissement en nouveaux bus propres et le recrutement de plus de conducteurs ? Il ne faudrait pas que « la bonne idée » se transforme en galère pour les touristes.

A l’été 2023, le nouveau Musée de la Résistance et de la Déportation ouvrira ses portes au public. La végétalisation du site se poursuivra par l’apport de nouveaux jardins autour des musées.

Il reste le flou de l’éclairage de la citadelle. Comment concilier la mise en valeur d’un site exceptionnel tout en protégeant la faune !

Mieux animer : « le site doit être le miroir, le révélateur d’une dynamique locale forte, s’adresser à un public plus large ». L’objectif est ambitieux. Il s’articule autour de programmations culturelles et événementielles toute l’année, de la création d’espaces d’expositions et de spectacles dans la rénovation du Hangar aux manœuvres et du bar restaurant sur les terrasses Vauban (17 000 clients en 2021).
Mieux incarner  les valeurs de l’UNESCO : 15 ans après l’inscription des sites Vauban au patrimoine mondial, la Citadelle de Besançon souhaite contribuer à promouvoir les valeurs de « Paix par la culture, l’éducation, la citoyenneté et la préservation de la biodiversité ».

Le monument Vauban par sa valeur universelle exceptionnelle, le Musée de la Résistance et de la Déportation outil de la citoyenneté et de la mémoire, le Muséum conservatoire des espèces et le Musée Comtois qui fait dialoguer les cultures, répondent tous aux valeurs de l’UNESCO.

Le travail d’élaboration du site de la Citadelle totalement repensé aurait pu s’inspirer des projets portés lors des dernières élections municipales, qu’il s’agisse de la relation entre le site et les bords du Doubs ou des idées originales de mobilités. Toutes les idées étaient bonnes à prendre.

Yves Quemeneur