Besançon : le budget primitif 2024 voté

Après les orientations budgétaires 2024 débattues le 29 février dernier, le budget primitif a été confirmé et voté par la majorité. L'opposition a de son côté répétée ses réserves sur différents choix budgétaires.

215
Photo DR

218 millions d’euros de dépenses prévues en 2024. Pour Anthony Poulin, l’adjoint aux finances de Besançon, « ce budget est ambitieux et robuste. Il doit nous permettre de renforcer notre souveraineté locale au plus près des habitants ».

Anthony Poulin (Les Ecologistes), adjoint aux finances de la Ville de Besançon ©YQ

La municipalité de Besançon prône « une gestion à l’euro juste pour la justice sociale et la justice climatique ». Cette gestion s’inscrit dans une « vision de long terme sur des projets structurants ». Anthony Poulin ne manque pas d’opposer « la bonne gestion de l’équipe municipale » au contraire de celle de l’Etat. Et l’adjoint écologiste de paraphraser le Président de la République « ce n’est pas le ruissellement cher à Emmanuel Macron mais plutôt l’assèchement en stigmatisant les plus précaires ».

73% du budget consacré au fonctionnement

Une dépense qui augmente de 4% pour accélérer la transformation écologique du territoire. Anthony Poulin insiste sur l’augmentation de 1,5 million d’euros des frais de personnels, un effort nécessaire pour le travail important consacré par les agents de la Ville. L’adjoint aux finances ajoute l’aide aux personnes en difficulté fournie par le CCAS qui oblige à augmenter la subvention à hauteur de 1 M€. Les subventions versées en 2024 au tissu associatif représente 9 M€ dont 2M€ au sport, 2M€ à la culture et 2M€ aux quartiers.  Anthony Poulin prend en exemple la bonne gestion du budget des cantines : « nous maintenons la bonne qualité de l’alimentation pour les enfants en développant encore le bio et le local. Nous allons y consacrer 2 millions d’euros, soit une hausse limitée à 2% malgré l’augmentation des matières premières ».

Pas d’augmentation de la fiscalité

Pour la 13ème année consécutive, la Ville de Besançon n’augmente pas les taux de fiscalité. « Doit-on pour autant baisser les dépenses ? Rien n’est magique. Nos dépenses sont toutes utiles sur le plan social et écologique ». (L’augmentation de la fiscalité est réelle d’un point de vue mécanique, la base de calcul de la taxe foncière augmentant chaque année en lien avec l’inflation, Ndlr). La dotation générale de fonctionnement (DGF), l’un des versements annuels de l’État représentera en 2024 la somme de 32 millions d’euros, en hausse de 2% « une hausse inférieure à l’inflation » s’irrite Anthony Poulin.

45 millions d’euros en investissement

« La Ville n’a jamais consacré un montant aussi important aux investissements nouveaux depuis plus de 10 ans ». Derrière ce propos tonitruant, Anthony Poulin s’emmêle au sujet  de l’autofinancement et de l’épargne brute (les deux éléments sont identiques Ndlr). « Votre chiffre de 45 M€ est une tromperie. » soulignent Laurent Croizier et Ludovic Fagaut pour l’opposition. « Seuls 53% des investissements votés en 2023 ont été réalisés. Ce sont donc 27 M€ de crédits non utilisés en 2023 qui sont réinjectés en 2024 ».

En conclusion, Anthony Poulin parle « d’un budget solide, pas de fiscalité supplémentaire, pas d’endettement pour protéger les plus fragiles…un budget collectif, solidaire, dynamique avec une âme d’athlète »…année olympique oblige !

Pour l’opposition, le compte n’y est pas

« Votre budget est contre les habitants de Besançon et non pour eux. Vous ne prenez pas soin des bisontins » répond Ludovic Fagaut (Besançon Maintenant).

Marie Lambert et Ludovic Fagaut, élus d’opposition (Besançon Maintenant) ©YQ
Laurent Croizier, élu d’opposition (Renaissance-Modem) ©YQ

De son côté, Laurent Croizier (Renaissance-Modem) parle « d’une vision décroissante, d’écologie punitive et du manque de transparence dans la présentation du budget ». Logiquement, le budget primitif 2024 a été voté à une très large majorité, les deux groupes d’opposition (13 voix) ayant voté contre.

Yves Quemeneur