Besançon. Toujours trop d’animaux à la SPA

Dans Ses nouveaux locaux à Deluz depuis près de 3 ans, la SPA (Société Protectrice des Animaux de Besançon) accueille toujours plus de chiens, chats et nouveaux animaux de compagnie.

230
La SPA dispose désormais d'infrastructures plus fonctionnelles à Deluz.

« Nous disposons d’un chenil, d’un local obligatoire de quarantaine des chats afin de les isoler et de les conduire ensuite dans la chatterie » confie Sandra Majstorovic, responsable des enquêtes maltraitance à l’association. 150 chats y sont accueillis sur place ou en attente dans des familles d’accueil ainsi qu’une cinquantaine de chiens. Trop. Beaucoup trop. Toujours trop.

« Il s’agit d’animaux abandonnés mais aussi parfois retirés pour maltraitance, errants ou confiés par la fourrière dans le cadre d’un contrat que nous avons avec l’agglomération du Grand Besançon » poursuit-elle, mentionnant aussitôt que côté financement, dons et legs de particuliers permettent à la SPA de vivre « alors que nous avons seulement eu cette année une première subvention d’une collectivité qui va nous permettre d’accroitre notre accueil ».

Soigner, accueillir, nourrir…

Les missions de la structure sont nombreuses et couteuses, d’autant plus que le nombre de pensionnaires ne fait que croitre. La faute aux vacances comme tous les ans malheureusement mais aussi à la crise sanitaire. « Beaucoup ont adopté un animal et ne peuvent plus aujourd’hui s’en occuper ou subvenir à ses besoins ».

La SPA accueille donc ces animaux désormais sans familles et peut compter sur sa dizaine de salariés et ses bénévoles pour s’en occuper le temps si tout va bien de leur trouver un nouveau foyer. « Nous avons donc toujours besoin de nouveaux bénévoles au refuge pour effectuer de nombreuses tâches, ne serait-ce qu’assurer des balades aux chiens » explique encore la responsable avant de conclure par quelques conseils : « Evidemment ne pas abandonner un animal. Stériliser les chats. En ce moment nous sommes débordés par les chatons qui nous arrivent. Enfin, il bien réfléchir en adoptant un chien, un chat ou tout autre animal : c’est un acte qui engage pour des années et génère des obligations ».