« De Lattre 23 » simuler en temps réel la configuration d’un conflit

L’Etat-Major de la 1ère division de l’armée de Terre organise depuis le 1er octobre des simulations d’auto-entraînement simulées sur ordinateurs. C’était l’occasion pour le Général de Division Pierre-Yves Rondeau d’expliquer la transformation de l’Armée de Terre.

405
Le Général Pierre-Yves Rondeau a expliqué le sens de l'opération "de Lattre 23" et détaillé l'évolution dynamique de l'Armée de Terre française ©YQ
L’Armée de Terre, une puissance d’équilibre
La simulation d’un conflit se fait en temps réel avec l’utilisation de l’informatique ©1ère division

La guerre est revenue en Europe et les récentes actions terroristes du Hamas en Israël imposent aux militaires de s’adapter en permanence aux nouveaux conflits hybrides et complexes. C’est à cette capacité d’adaptation que l’exercice « De Lattre 23 » doit répondre.

D’une « armée au contact » à l’armée « au combat »

Face aux incertitudes géostratégiques, à l’évolution de l’application du droit international et à l’hybridation des conflits, les militaires sont confrontés brutalement et de façon sauvage à une obligation de résultats.

Les valeurs morales sont la richesse de notre Armée

Le culte de la mission, l’esprit guerrier et le souci permanent du facteur humain commandent l’esprit de corps. Il n’y a pas de place aux « soudards » et aux « terroristes » dans l’armée française.

La Loi de programmation militaire dotée de 413 milliards d’Euros sur 7 ans (2024-2030) est un signal fort de la prise en compte par la Nation d’une nouvelle ère stratégique. La 1ère Division, basée à Besançon, est en quelque sorte « un mini ministère des Armées » compare le Général Rondeau. Ses actions reposent sur trois domaines d’efforts.

La réactivité

« Faire les choses plus vite » souligne Pierre-Yves Rondeau. L’Armée de Terre doit adapter son organisation et la rendre, au quotidien, plus rapidement opérationnelle. L’objectif est d’être capable de déployer une division, soit 19 000 hommes, en 30 jours au lieu de 6 mois.

La puissance de combat

Dans le monde occidental, la France est une « nation-cadre » en matière militaire, c’est-à-dire a la capacité de prendre la tête d’une coalition internationale. Cela passe par une modernisation des armements, de la logistique et de l’entraînement des soldats.

L’intention et l’initiative

Le Général Rondeau insiste sur « la nécessaire autonomie des Hommes pour  libérer les énergies de chacun en déconcentrant les responsabilités au plus proche du terrain ». Appliquer le principe de subsidiarité dans une organisation très normée est un challenge ambitieux.

250 personnels de plus à Besançon à l’horizon 2027

L’Etat-Major de la 1ère division va voir ses effectifs renforcés par l’arrivée d’un bataillon de commandement de 250 Hommes d’ici 2027.  La 7ème Brigade blindée va être renforcée et les régiments du Génie voir leurs capacités augmentées de 80 personnels.

C’est une bonne nouvelle pour Besançon, 1ère place militaire de France (hors Paris). Le but est également de rationaliser les implantations pour plus d’efficacité. L’arrivée de nouveaux militaires, ce sont aussi des familles à loger, des enfants à scolariser… Il appartient à la Ville de Besançon de leur offrir ces capacités.

L’Armée de Terre structurée autour de 4 finalités

« Être et durer ». Maintenir l’attractivité du métier militaire et améliorer la fidélisation, développer le sentiment d’appartenance au corps de l’Armée de Terre et se préparer à la transition vers l’économie de guerre.

« Protéger ». Maintenir l’ancrage territorial, consolider la souveraineté et défendre le lien entre l’Armée et la Nation.

« Agir ». Adapter l’entraînement à la guerre de haute intensité, maîtriser l’hybridation croissante des conflits et devenir une Cyber-Armée.

« Innover ». L’Armée doit également travailler dans la prospective, s’approprier les combats de demain et prendre en compte la puissance du numérique.

Un conflit simulé en Europe de l’Est
A côté de l’informatique sophistiquée et des drones, la stratégie militaire consiste aussi à imaginer les combats sur des maquettes ©1ère division

L’opération « De Lattre 23 » n’est pas simplement un jeu vidéo de guerre. Elle s’intègre totalement dans une stratégie de réponse en Europe, au début d’invasion d’un pays de l’OTAN par une puissance étrangère d’Europe de l’Est. Le théâtre des opérations représente une surface de 250 km x 150 km. Chaque objectif, chaque action est analysée en temps réel. Hommes, équipements, logistique, cyberdéfense : l’entraînement permet de se mettre en situation opérationnelle et remonter au commandement les actions correctrices.

Besançon est à l’Armée de Terre ce que Toulon est à la Marine. Une ville au service de son armée et une armée associée à la Ville. La poursuite historique d’une longue histoire de la Franche-Comté avec l’armée et ses valeurs morales.

Site de l’armée de Terre: Armée de Terre | Ministère des Armées (defense.gouv.fr)

Yves Quemeneur