Edouard Philippe à Besançon : être pour ou contre l’Europe

Le 5 avril dernier, Edouard Philippe était venu soutenir Valérie Hayer, la tête de liste Renaissance aux élections européennes. Le Maire du Havre se présentait surtout comme un candidat crédible pour succéder à Emmanuel Macron en 2027.

305
Edouard Philippe, Président d'Horizons et Maire du Havre, était aux côtés de Valérie Hayer, Tête de liste Renaissance aux élections européennes, pour un meeting d'ampleur à Micropolis le 5 avril 2024 ©YQ

Besançon, ville historiquement de gauche, est devenue le centre national de la Macronie. Après avoir convié tous les cadres nationaux de son parti Horizons, Edouard Philippe est venu soutenir Valérie Hayer la tête de liste de Renaissance au parlement européen. Il a clôturé son séjour bisontin à l’Intranquille où l’ancien Premier Ministre a dédicacé son dernier livre « Des lieux qui disent ».

700 personnes réunies à Micropolis
plus de 700 personnes étaient réunies à Micropolis le 5 avril 2024 pour écouter Valérie Hayer, tête de liste de la majorité aux élections européennes et Edouard Philippe Président d’Horizons et Maire du Havre qui endossait déjà les habits du futur candidat aux présidentielles de 2027 ©YQ

La salle était comble et l’ambiance, chauffée par les Jeunes du parti Horizons, était à l’image des meetings politiques où l’on prêche la bonne parole à un auditoire déjà convaincu. Accueillis par Alain Chrétien, le maire de Vesoul et référent régional du parti, Valérie Hayer et Edouard Philippe se sont partagé la scène. À Valérie Hayer, tête de liste macronienne aux élections européennes, le soin « d’avoir besoin d’Europe ». « L’Union Européenne doit sortir de sa naïveté face aux blocs chinois et américains ». Elle a surtout tenté de dresser un bilan positif de l’action du parlement européen et vanté les accords commerciaux comme celui avec le Canada (Ceta) pourtant largement rejetés par la population.

Victor Hugo, Stendhal, Balzac et Fernand Braudel, Edouard Philippe a fait le panégyrique de Besançon, ville d’histoire et de patrimoine. Il a surtout insisté sur « le coup d’arrêt historique de la construction européenne » consécutif à une éventuelle victoire des eurosceptiques ! « Nous ferons le meilleur score possible pour lutter contre ceux qui ne veulent pas de projet européen. Ils n’empêcheront pas la Commission Européenne de fonctionner et les conseils de ministres européens de décider. Ils priveront le parlement européen de démocratie… ».

Il insiste « une forte poussée des eurosceptiques mettrait en péril l’idée d’une Europe qui demande son avis aux peuples ». On ne fait pas mieux pour « donner du grain à moudre » à Jordan Bardella ! Edouard Philippe a surtout donné rendez-vous en 2027. À trois ans d’une échéance cruciale pour la France, quel est le poids du bloc central allant de la social-démocratie à la droite conservatrice ? Il entend clairement défendre son « engagement pro-européen dans un continent libéral adepte de l’économie de marché ».

L’ancien Premier Ministre d’Emmanuel Macron a conclu à nouveau sur une référence littéraire. En citant Régis Debray « Quand le bourgeois est hirsute, le rebelle est cravaté » Comprenne qui pourra ! Édouard Philippe à Besançon, c’était aussi un signe positif adressé à Eric Delabrousse, référent local d’Horizons, qui ne cache pas ses ambitions pour la mairie de Besançon en 2026… !

Yves Quemeneur