La meilleure baguette tradition sort d’un four de Besançon

23 artisans boulangers venant des 4 départements francs-comtois se disputaient le titre de "meilleure baguette de tradition française 2023" le 15 mars au siège de l’union patronale de la boulangerie pâtisserie de Franche Comté.

1093
Cédric Girod, artisan boulanger au 5 Avenue du Commandant Marceau à Besançon, a remporté le 1er prix régional de la meilleure baguette de tradition française. Il représentera la Franche Comté à la finale nationale ©YQ

Cédric Girod, Artisan boulanger au 5 Avenue du Commandant Marceau à Besançon a remporté le concours régional. Il représentera la Franche-Comté à la finale nationale pour la seconde année consécutive.

Un concours « pétri » de bonnes intentions

Ce n’est pas seulement la baguette qui est « de tradition », c’est aussi l’épreuve, qui a une grande renommée auprès des professionnels depuis 2014. Il s’agit de mettre en avant le symbole de la gastronomie française, de l’excellence de l’artisanat tricolore et de la passion des boulangers pour leur métier.

15 millions de baguettes fabriquées en France chaque jour

35 000 boulangeries artisanales servent chaque jour, dès l’aube, 75% des ménages français. Que deviendrait notre territoire sans ces lève-tôt qui savent transformer avec passion la farine et l’eau…c’est presque miraculeux !

Première barrière à franchir : chaque baguette présentée au concours doit impérativement mesurer 50 cms, peser 250 grs et sa teneur en sel ne pas excéder 18 grs par kg de farine.

Les membres du Jury régional dont Jean-Claude Iltis « MOF » et Damien Vauthier, Président de la fédération de la boulangerie pâtisserie de Franche-Comté, entourent les trois lauréats du concours régional ©YQ

Seconde barrière : l’œil et le palais des 6 membres du jury, tous boulangers professionnels dont Jean-Claude Iltis, boulanger à Colmar et « meilleur ouvrier de France ». Ils se sont attachés à départager les concurrents sur 6 critères : l’aspect extérieur, l’arôme, la croûte (couleur et croustillant), la mie (couleur et alvéolage), la mâche et le goût.

On y apprend que la couleur de la mie de pain est liée à la durée du pétrissage. Fabriquer du pain de qualité artisanale tient donc bien du miracle reproduit chaque jour des millions de fois dans tous les territoires français par les princes du goût.

Yves Quemeneur