Grand Besançon. À l’école, une continuité pour tous

L’Education Nationale s’affranchit des changements ministériels. Loin des remue-méninges de  l’élite germanopratine, le collège de Saint-Vit inaugurait le 9 janvier "la semaine de l’école pour tous", signe de la continuité de l’enseignement, comme base de tous les savoirs.

351
La Table ronde autour de la semaine de l'école pour tous au collège Jean Jaurès de Saint Vit, réunissait enseignants et professionnels de l'accompagnement des jeunes en situation de handicap, autour de Nathalie Albert-Moretti, la Rectrice de l'Académie. Annick Jacquemet, Sénatrice du Doubs, Laurent Croizier, Député du Doubs et Chantal Guyen, vice-présidente du conseil départemental du Doubs en charge des collèges, assistaient à cette rencontre ©YQ
De l’inclusion à l’insertion

Le but de « la semaine de l’école pour tous » est bien d’utiliser tous les acteurs de l’école inclusive  pour accompagner tous les élèves « à besoins éducatifs particuliers » dans un parcours le plus normal possible. Cela inclut les élèves en situation de handicap et tous ceux qui rencontrent des difficultés dans leur parcours scolaire

L’Académie de Besançon en pointe dans cet accompagnement

La région Franche-Comté accueille plus de 6 000 élèves en situation de handicap dans les structures scolaires. Au niveau national, le budget consacré à l’école inclusive a augmenté de 50% entre 2017 et 2022, soit 59 Millions d’euros (dont 27 M€ pour l’aide humaine).

79 pôles inclusifs d’accompagnement dans l’académie

Ces pôles permettent la scolarisation en milieu normal en organisant l’action des accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH). Ils comptent 866 enseignants spécialisés entourés par 1 800 AESH qui interviennent dans près de 200 unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS), dans plus d’une centaine d’unités d’enseignement externalisés (en partenariat avec les acteurs médico-sociaux) et dans une trentaine de sections d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA).

L’inclusion s’adresse également aux enfants en difficulté

Que ce soit un jeune élève en fauteuil, un autre présentant des troubles cognitifs ou plus simplement un collégien rencontrant des difficultés dans ses apprentissages, « chaque élève doit être prise en compte pour ce qu’il est » argumentait un parent d’élève convié à la table ronde au collège Jean Jaurès de Saint Vit.

Il n’y a pas de rejet des autres élèves dès lors que la souplesse d’intervention des enseignants et des AESH offre un cadre personnalisé. Les enseignants présents à la table ronde souhaiteraient une meilleure prise en charge de leur formation spécifique à ces enfants différents. Le ministre de l’Education Nationale va passer de la rue de Grenelle à la rue de Varenne. Pour autant, Gabriel Attal entend « amener la cause de l’école à Matignon ». Un souhait ou une volonté ?

En Franche-Comté, « tous les enfants ont leur place à l’école » a conclu Nathalie Albert-Moretti, Rectrice de la région académique Bourgogne Franche-Comté lors de sa participation à la table ronde au collège Jean Jaurès de Saint Vit.

Yves Quemeneur