Plan écoles de Besançon, le socle électoral de 2020

A mi-mandat, la Ville de Besançon fait un point d’étape sur le « Plan Ecoles ». Les promesses sont-elles tenues ?

246
Anne Vignot, la Maire de Besançon, était entourée de Fabienne Brauschli, élue en charge des espaces verts, d'Annaïck Chauvet élue en charge de bâtiments de la Ville, Claudine Caulet, adjointe à l'éducation et Pascale Billerey, élue chargée de la petite enfance ©YQ

La Ville de Besançon regroupe 65 écoles maternelles et primaires réparties sur 133 bâtiments couvrant 112 528 m² de surface plus près de 169 000 m² de cours extérieures. Les écoles publiques bisontines accueillent 8 700 enfants dans 424 classes. Ils sont encadrés par 500 enseignants. Près de 800 agents municipaux y assurent l’entretien et les activités périscolaires.

Un Plan école de 70 millions d’euros
Les rénovations d’écoles et de crèches vont être présentées sur la façade de la mairie de Besançon jusqu’à la fin du mandat actuel, en 2026 ©YQ
Cette promesse du mandat municipal était un investissement très lourd porteur d’avenir jusqu’en 2026. Les enjeux étaient d’adapter les locaux aux besoins des enfants et des adultes, de répondre aux innovations pédagogiques des enseignants, d’ouvrir les écoles à leur quartier et prendre en compte les impératifs liés à la transition écologique. Initialement prévu autour de 60 millions d’euros, le budget d’amélioration des bâtiments et cours des écoles et crèches a été augmenté de 10 millions sur la durée du mandat. L’augmentation répond à la fois aux exigences climatiques et à la hausse des matières.
Concertation récompensée

Le « plan école » de Besançon a été salué au niveau national en novembre 2023, par l’obtention quatre étoiles des Trophées de la participation. Les rénovations réalisées et celles en cours ont été conçues en donnant la parole à tous les utilisateurs de l’école : enfants, enseignants, parents d’élèves, animateurs périscolaires, agents d’entretien et de restauration et même les riverains. La participation citoyenne est au cœur des politiques locales conduites par la Ville de Besançon depuis 2020. La démarche de concertation allait au-delà de la réhabilitation énergétique.

Mais les quatre étoiles couvrent également la restauration scolaire dont plus de 300 petits bisontins sont encore privés ! Selon Claudine Caulet, la réhabilitation d’une douzaine d’écoles et crèches d’ici 2026 devrait permettre d’accueillir plus d’enfants à la cantine. L’élue précise toutefois que le manque d’animateurs périscolaires (surveillance des cantines) est un sujet qui n’est pas encore résolu.

12 sites concernés sur les 65 écoles de la Ville

De la promesse électorale à la réalisation effective, il y a les contraintes budgétaires. Anne Vignot admet que ces travaux de remise aux normes, d’adaptation aux enjeux climatiques et énergétiques sont extrêmement coûteux. C’est la raison pour laquelle, les 70 millions d’euros alloués aux écoles et aux crèches sont budgétés sur l’ensemble du mandat. Dans la réalité, seules 3 groupes scolaires ont fait l’objet d’une rénovation énergétique ou d’une réhabilitation plus lourde.

L’école maternelle Boulloche, située à Planoise, a fait l’objet d’une rénovation à énergie positive (l’école produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme). Isolation extérieures, étanchéité du toit terrasse, pose de panneaux photovoltaïques…Tous les indicateurs (consommation et gaz à effet de serre) sont passés de C à A.

L’école maternelle Kergomard, installée dans le quartier de Montrapon, est passée en bâtiment basse consommation (BBC). Centrale de ventilation, isolation thermique, panneaux photovoltaïques, surfaces végétalisées, menuiseries bois-aluminium, tout a été pensé pour le confort des enfants. Le bâtiment est passé de D à B en matière de consommation.

Le Groupe scolaire Jules Ferry est situé au Rosemont. La rénovation énergétique a été réalisée par l’isolation extérieure et intérieure, la pose de panneaux photovoltaïques, le remplacement des menuiseries existantes et la mise en place d’une centrale de ventilation double-flux.

Combien d’écoles seront effectivement transformées d’ici 2026 ? La Mairie met en avant sa volonté d’avancer rapidement. « Nos enfants sont notre avenir » a insisté Anne Vignot le 31 janvier 2024. Les façades de la mairie de Besançon mettront en avant cette promesse électorale jusqu’à la fin du mandat en 2026. Une promesse en partie respectée même si les premières réhabilitations étaient déjà programmées en 2019 (comme l’école Brossolette par exemple).

Yves Quemeneur