CHU Minjoz : un nouvel outil de pointe pour la chirurgie pédiatrique !

Le CHU de Besançon vient de se doter d’un système de navigations chirurgicale 7D pour la chirurgie pédiatrique de la colonne vertébrale.

547
Le Professeur Benoît de Billy et le Docteur Jérémie Nallet devant le nouveau système de navigation chirurgicale pédiatrique du CHU de Besançon ©Stöckly Medical

Le bloc chirurgical pédiatrique du CHU de Besançon est le 1er en France à disposer d’un système de navigation chirurgicale 7D pour la chirurgie du rachis. Ce nouvel équipement non irradiant, réduit le temps de navigation grâce à une acquisition instantanée, tout en offrant une sécurité accrue du geste opératoire. C’est un atout majeur pour cette chirurgie au plus près de la moelle épinière.

30 enfants opérés chaque année à Besançon

La chirurgie du rachis s’adresse aux jeunes patients souffrant de graves déformations de la colonne vertébrale. Chaque année, une trentaine d’enfants et d’adolescents de 8 à 20 ans sont opérés. Après ouverture du dos, des vis sont implantées dans les vertèbres pour fixer les tiges qui servent de tuteur à la colonne vertébrale.

Faciliter la prise de décision par le chirurgien

Le système FLASH™ Navigation – 7D Surgical est une innovation canadienne, utilisant la technologie guidée par l’image. D’un coût de 500 000€, il est peu encombrant et très maniable. Le geste du chirurgien est guidé par une image tridimensionnelle, générée en quelques secondes. L’image est ensuite numériquement comparée au scanner préopératoire du patient pour créer une image en temps réel de l’anatomie du jeune patient. Ces données très détaillées (1 million de points de données) permettent de placer les vis pédiculaires dans la colonne vertébrale de manière sûre et précise.

Ce système très innovant limite le risque de complication. En outre, il n’émet pas de rayonnement, suppriment ainsi tout risque d’irradiation du patient et du personnel du bloc opératoire.

Le service de chirurgie pédiatrique du CHU de Besançon souhaite utiliser ce dispositif sur d’autres segments osseux, ouvrant la voie à des projets de recherche pour définir de nouveaux modes opératoires chirurgicaux.

La Rédaction