Pilote d’avion, c’est aussi une affaire de femmes

Adriana Domergue, vice-présidente de l’association française des femmes pilotes et directrice de l’école de formation des pilotes à l’aérodrome de Besançon La Vèze, organise des événements à l’occasion de la journée internationale des femmes le 8 mars 2022.

371
Adriana Domergue est pilote instructeur à l'école de pilotage de Besançon-La Vèze et vice-présidente nationale de l'association des femmes pilotes ©YQ
« Il n’y a pas de métiers d’hommes »

Adriana Domergue a  44 ans. Titulaire d’un doctorat en informatique (déjà une formation plutôt masculine), elle partage sa vie professionnelle et sa vie tout court avec André Domergue, co-fondateur de l’aérodrome de Besançon-La Vèze. « La pratique de l’avion est avant tout une passion avant d’être un métier ». C’est en partant de ce constat, valable pour tous les métiers de la terre, qu’elle a décidé de s’engager dans la promotion de la pratique aéronautique auprès des femmes. Dans un univers très masculin, Adriana Domergue a passé tous ses brevets de pilote privé et est devenue instructeur de pilotage vols de jour et de nuit, ainsi que ULM.

Après avoir assurée la présidence de l’association nationale des femmes pilotes, elle en assume aujourd’hui la vice-présidence chargée de représenter la France au sein de l’association européenne ; au niveau régional, elle est aussi présidente de l’association en Franche-Comté.

« On compte 10 à 15% de femmes dans l’armée de l’air »

Tous métiers confondus (pilotes, mécaniciens, contrôleurs…) l’armée de l’air est une bonne élève de l’intégration des femmes « mais on est très loin de la parité » souligne Adriana Domergue, regrettant le manque d’enthousiasme des enseignants à proposer cette filière civile ou militaire aux jeunes femmes.  Elle précise quand même que le métier de « contrôleur aérien » s’est largement féminisé.

Quelques pilotes de chasse ont participé à l’émancipation des femmes dans la pratique aéronautique. On se souvient de Jacqueline Auriol ou d’Hélène Boucher, des aviatrices célèbres. Plus récemment le souvenir de Virginie Guyot qui fut leader de la patrouille de France, également de Caroline Aigle dont l’histoire avait fortement ému la France en 2007. La jeune femme, polytechnicienne, athlète de très haut niveau en triathlon, sélectionnée pour devenir astronaute, basée à Dijon, mère de deux enfants, meurt d’un cancer foudroyant à 32 ans. Ces femmes exceptionnelles sont des exemples pour les jeunes générations de femmes.

Un aéro-club réputé au-delà de la Franche-Comté
Les femmes, aussi et surtout, peuvent piloter et découvrir la passion des airs ©Domergue Aviation

L’école de pilotage de la Vèze forme les futurs (es) pilotes de tourisme et ceux au devenir de professionnels de l’aviation civile. Actuellement, une cinquantaine de postulants au brevet de pilote s’initient, apprennent et s’entraînent dans l’école bisontine sous l’autorité d’Adriana Domergue et d’une dizaine d’instructeurs.  Huit femmes participent à cette formation.

« Fais de ta vie un rêve et d’un rêve une réalité ».  La phrase d’Antoine de Saint-Exupéry résonne sur le tarmac de la Vèze. La terre vue du ciel fait prendre conscience de l’importance de préserver notre planète. Lorsqu’en avril 2021, la maire de Poitiers annonçait publiquement « l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfant », elle tournait non seulement le dos à l’auteur du « Petit Prince », mais également au progrès des sciences de l’environnement rendu possible grâce à une meilleure connaissance de la terre vue du ciel ou de l’espace, une philosophie très sensibilisée à la biodiversité.

Ce rêve qui peut être une réalité, Adriana Domergue va le partager avec une vingtaine de femmes le 8 mars prochain sur la base aérienne 116 de Luxeuil-les-Bains et ses Mirages. Et tout au long du mois de mars, en invitant toutes les femmes qui le désirent à l’aérodrome de la Vèze pour découvrir « un milieu pas pour elles ! »

Pilotes de 7 à 77 ans

Les brevets de pilotage sont ouverts à tout le monde (femmes et hommes). En Franche-Comté, A Besançon, les clubs initient environ 400 jeunes venus de tous horizons. L’idée « c’est une activité de riches » est battue en brèche par Adriana Domergue qui n’hésite pas à « faire rêver » des collégiens de Planoise ou de quartiers défavorisés et les aider à approcher le monde de l’aérien.

L’aérodrome de la Vèze est utilisé pour les vols d’affaires, les vols sanitaires et les hélicoptères de sauvetage. La piste en dur accueille aussi l’aviation de tourisme et la formation des pilotes sous l’autorité d’Adriana Domergue ©Domergue Aviation

L’aéro-club de Besançon-La Vèze ainsi que l’école professionnelle Domergue Aviation compte 150 membres, possède une dizaine d’avions. La formation au brevet de pilote de tourisme nécessite environ 50 heures de vol, devenir pilote de métier environ 250. C’est bien une activité accessible à toutes et tous. C’est le sens du message que veulent faire passer Adriana et Claude Domergue « démontrer que les métiers d’hommes sont faits par des femmes », bel exemple pour cette journée internationale des femmes.

Yves Quemeneur

Plus d’infos www.domergue.fr