Législatives dans le Doubs, le doute s’installe !

Les cartes sont rebattues dans quatre circonscriptions sur cinq !

153
Dans le Grand Besançon, NUPES est en tête

Sur la 1, Séverine Vezies (NUPES) tourne en tête d’une petite longueur face au candidat macroniste Laurent Croizier (29,78% / 26,75%). Michel Vienet (LR) est éliminé malgré un score honorable (11%). Thomas Lutz (RN) fait progresser son parti de 5,30% à 17,82%. Le second tour opposera donc la candidate de gauche (NUPES) à celui représentant la majorité présidentielle. Les reports de voix ou une forte abstention le 19 juin décideront du sort de Séverine Vezies et de Laurent Croizier.

Dans la seconde circonscription du Doubs, c’est Stéphane Ravacley « le boulanger de Rivotte » qui coiffe au poteau Eric Alauzet le député sortant de la majorité présidentielle 32,51 contre 31,36. C’est un revers pour l’ancien écologiste passé chez Emmanuel Macron ; au premier tour en 2017, il avait réalisé un sans-faute avec 42,43%. La coalition de gauche (NUPES) gagne plus de 11 points par rapport à 2017. Chafia Kaoulal (LR) est battue avec 10,80%. Comme son homologue de la 1ère circonscription, le candidat du Rassemblement National est éliminé mais augmente fortement son score et termine à 17,49% (6 points de plus qu’en 2017).

Les femmes du Rassemblement National remportent le 1er tour dans la 3e et 4e

La troisième circonscription semblait acquise au successeur de Denis Sommer pour la majorité présidentielle. Nicolas Pacquot réalise un score décevant (22,81%) loin du résultat de Denis Sommer en 2017 (33,63%). C’est Nathalie Fritsch (RN) qui tire son épingle du jeu à Baume-les-Dames et vire en tête avec 25,78%. Les « deux frères ennemis » des Républicains Valère Nedey et Christophe Froppier offrent la seconde place à Nicolas Pacquot qui n’en demandait pas tant.

Le Pays de Montbéliard (4ème circonscription) pourrait bien élire une candidate du Rassemblement National après plusieurs tentatives infructueuses. Géraldine Grangier distance tous ses concurrents avec 30,36% devant Frédéric Barbier, le député sortant de la majorité présidentielle (27,37%). La candidate de la NUPES réalise 20,12% et Mathieu Bloch (LR) termine 10,76%. Le second tour pourrait enfin être celui de la victoire du parti de Marine Le Pen. Comme ailleurs, reports des voix et/ou abstention décideront d’élire Géraldine Grangier à l’Assemblée Nationale.

Le Haut-Doubs reste fidèle.

Dans la 5ème circonscription, Annie Genevard (LR) améliore de 3,6% son score de 2017. Le marathon de la députée sortante a porté ses fruits. Avec 42,07% des suffrages exprimés, la vice-présidente de l’Assemblée Nationale dame le pion au maire de Frasne, vice-président du Conseil départemental et candidat Agir pour la majorité présidentielle. Celui qui portait un bilan positif dans la gestion du syndicat du Mont d’Or n’aura pas réussi son pari. Il est balayé, ne réalisant que 19,49% là où Sylvie Le Hir, la maire du Valdahon avait réussi à faire trembler Annie Genevard en 2017. Toutefois, le second opposera bien les deux candidats. Le candidat de la majorité a presque tremblé jusqu’au dernier bulletin de vote. Seulement 300 votes séparent Philippe Alpy et Martine Ludi, candidate NUPES qui enregistre 18,72% des suffrages.

Avec un taux d’abstention de 51,13% sur l’ensemble du département, les promeneurs d’un dimanche ensoleillés sont bien les gagnants de ce premier tour. La participation est en recul de 1,22% par rapport à 2017.

Le Rassemblement national réalise son meilleur score avec 20,43% sur le département, distancé par la coalition de gauche (24,71%) et la coalition présidentielle (25,58%). Le parti d’Eric Zemmour réussit une percée après quelques mois d’existence avec 3,69% dans le Doubs.

Les consignes de vote ne font plus recette…Les électeurs votent bien pour celle ou celui qu’ils veulent ou bien vont piqueniquer Dans les deux circonscriptions de Besançon, la bataille reste incertaine entre la NUPES et le parti présidentiel. La troisième devrait logiquement revenir à Nicolas Pacquot malgré sa contre-performance de ce dimanche 12 juin. Dans la cinquième circonscription, Annie Genevard a peu de craintes sur sa réélection. Reste la quatrième…Géraldine Grangier peut créer la surprise !

Yves Quemeneur