Législatives, le retour de la démocratie parlementaire ?

Le Doubs fait exception à la débâcle nationale de la majorité présidentielle. Et après plusieurs tentatives, la circonscription de Montbéliard tombe dans l’escarcelle du Rassemblement national. Annie Genevard réalise un score qui pourrait…qui sait…lui ouvrir l’escalier du perchoir !

153
La première circonscription de Besançon,
Laurent Croizier (Modem, Ensemble) est élu dans la 1ère circonscription du Doubs « Quand on a des convictions, on gagne » ©YQ

celle des quartiers populaires de la capitale comtoise devait revenir à la candidate LFI Séverine Vezies, radicale certes mais intelligente et ouverte. Patatras, c’est Laurent Croizier (Ensemble – Modem) qui emporte le siège avec 51,88% des suffrages exprimés dans une circonscription où la Nupes n’a pas su mobiliser les électeurs de Planoise. 51,67% d’abstention, « notre échec tient au manque de mobilisation de l’électorat populaire » regrette Séverine Vezies.

Dans la seconde circonscription bisontine,
Salué par ses fidèles, Eric Alauzet savoure une victoire difficile. Sur la crise institutionnelle qui se présente, le député souligne « dans crise, il y a opportunité…je vais m’atteler à créer les conditions de nouvelles opportunités pour notre pays » ©YQ

le duel opposait Stéphane Ravacley « le boulanger de Rivotte » à Eric Alauzet qui tentait la passe de 3. L’abstention était en baisse par rapport à 2017. Il semble que la participation ait finalement profité au député sortant. C’est aussi la qualité de travail d’Eric Alauzet, reconnue par tous, qui a fait la différence face à un novice en politique dont quelques remarques excessives lui ont coûté cher (on se souvient de la polémique sur le salaire de ses employés de boulangerie…). Avec 52,26%, Eric Alauzet l’emporte assez largement dans un contexte national difficile. Sa première remarque porte sur « la nécessité d’apaiser après une campagne anormale de déferlement médiatique ».

La majorité présidentielle conserve la troisième circonscription

Nicolas Pacquot, qui succédait à Denis Sommer, gagne de justesse. Il bat Nathalie Fritsch du Rassemblement national de 1,66%, soit 451 voix d’écart dans un territoire où l’abstention a atteint 53,87%

2022 est donc l’élection du succès pour le Rassemblement national dans la circonscription de Montbéliard.

Géraldine Grangier débarque Frédéric Barbier le député Lrem sortant, qui fut le successeur de Pierre Moscovici dans la 4ème circonscription. Le parti de Marine Le Pen l’emporte avec 51% des voix, là encore où l’abstention a été particulièrement forte (56,95%).

Annie Genevard peut savourer sa large victoire dans le Haut-Doubs.

Face à Philippe Alpy, elle l’emporte avec 72,06%, son meilleur score depuis 2012. Elle sera un « poids lourd » d’une opposition LR qui entend peser dans le nouveau rapport de forces national.

Le Doubs n’est donc pas à l’image de la France. Sur les cinq circonscriptions, la majorité présidentielle en conserve 3 sur 4 et les Républicains garde largement le Haut-Doubs.

Est-ce le retour de la démocratie parlementaire ? Après cinq années d’une assemblée « aux ordres », Emmanuel Macron est très loin de la majorité comme le souhaitait une majorité de français. Et si une chambre ingouvernable amenait le Président de la République à organiser un référendum ? On l’entend ici ou là ce dimanche soir. En tout cas, il est bien obligé de faire avec, une dissolution n’est possible qu’au bout d’un an.

Yves Quemeneur